«Le huis clos n’est pas une réponse adaptée»

mer 06 fév à 12:15
Par 
OM
Vidéo © 
OM.net
Retrouvez les mots du président, Jacques-Henri Eyraud, après la victoire contre Bordeaux (1-0), rencontre en retard de la 18e journée de Ligue 1 Conforama.

«D’abord, on garde la tête froide, il n’y a aucune raison de s’enflammer. Je pense qu’il est temps d’avoir une vraie réflexion sur les huis clos. Oui, il y a eu un pétard lancé sur la pelouse par un inconscient mais est-ce que ça justifie un huis clos ? C’était une soirée épouvantable malgré la victoire, une soirée que j’aimerais ne jamais revivre. Je crois qu’il faut une prise de conscience à la Ligue de Football Profesionnel, ce n’est ni la bonne réponse, ni ce que doit être un match de football. Il est temps de mettre le sujet sur la table et je le ferai en tant que membre du Conseil d’administration de la Ligue. Vivre de telles expériences, c’est comprendre à quel point le football se joue avec un stade rempli de supporters. Ce à quoi on a assisté n’était pas un match de football, ça m’a rendu triste. Ce n’est pas la réponse adaptée.»

«C’est une victoire qui arrive à un moment important, avec une équipe amoindrie. Je voulais remercier les joueurs et le staff qui la méritaient. Je suis content pour les joueurs qui n’ont pas l’habitude d’être régulièrement sur le terrain, notamment des jeunes qui m’ont fait plaisir. Il faut rester concentré et enchaîner une série. C’est ce que j’aimerais.»

«J’ai lu des mots qui m’ont un peu choqué ces dernières heures : «procès», «sursis». Alors quoi, Rudi Garcia a commis un crime, un délit ? C’est tellement excessif… Tout le monde travaille dans le club pour changer la dynamique. J’aimerais qu’on sache garder raison et qu’on n’emploie pas de tels termes.»

Réaction