Replay | La conférence de Garcia et Lopez avant #OMApollon

12 déc 2018
Par 
OM
Vidéo © 
OM.net
L’entraîneur olympien, Rudi Garcia, et le milieu de terrain, Maxime Lopez, ont répondu aux questions des médias présents au centre Robert Louis-Dreyfus à la veille de la réception de l’Apollon Limassol à l’Orange Vélodrome en Europa League.
Sur l’infirmerie et la gestion des organismes

Rudi Garcia : «Il y a plusieurs paramètres en ligne de compte. Le fait de ne pas avoir joué à Saint-Étienne a un peu changé la donne. Ce qu’on veut, évidemment, c’est gagner le match. Parce qu’on vient de perdre le dernier et qu’il faut repartir sur une dynamique positive. Bien préparer dimanche, c’est gagner jeudi. J’ai quand même besoin de voir des joueurs, j’ai besoin de voir des associations. C’est un peu ce qui va dicter ma composition d’équipe. On a des joueurs qui sont forfaits ou avec lesquels il ne faudra pas prendre de risques. Je pense à Rolando que je ne prendrai pas dans le groupe parce qu’il a une petite alerte au mollet. Kostas Mitroglou a une alerte musculaire lui aussi. On fera un point demain avec Morgan Sanson, mais je pense qu’il sera forfait lui aussi. Un autre paramètre : comme on n’a pas joué à Saint-Étienne, pour ceux qui débuteraient contre Bordeaux sans avoir joué à Nantes, ça ferait une attente trop longue. Ceux-là débuteront certainement demain. J’ai prévu de faire des changements à la mi-temps. On va essayer de partager le temps de jeu avec tous ces paramètres.»

OM - Limassol : un match pour l’honneur ?

Maxime Lopez : «Il y a de l’enjeu dans tous les matchs. Pour moi, ce match est important, tout comme il l’était à Francfort. C’est une question d’honneur, il faut qu’on ait de la fierté. Si on perd jeudi, finir avec un point, pour moi, c’est inadmissible. Sachant qu’on était finaliste l’année dernière. Dans le groupe, on le sait. On en est conscient donc il faut finir sur une bonne note. C’est important qu’on reparte sur de bonnes bases parce que le match de Saint-Étienne a un peu coupé la période de matchs qu’on avait. C’est important de commencer nos quatre derniers matchs de l’année par une victoire.»

Bien gérer les premiers pas du sprint qui mène à la trêve

Rudi Garcia : «C’est un match particulier. Je vais dire que c’est un match sans pression parce qu’il ne va pas nous aider à nous qualifier. Par contre, on veut repartir sur une dynamique positive. Donc on prend ce match très au sérieux, même si on sait qu’on va jouer un match très important en championnat, parce qu’on veut se rapprocher du podium. Et puis on rejouera trois jours après en Coupe de la Ligue, contre Strasbourg, puis on rejouera de nouveau trois jours après à Angers. Donc on a quatre matchs d’affilée tous les trois jours. Il faut en tenir compte. Avec le match reporté à Saint-Étienne, on est sur une semaine de travail normale. On a très bien travaillé, comme d’habitude. Les joueurs sont très à l’écoute, très impliqués. Il faut absolument qu’on le retrouve en match. Ils donnent de très bons signes de qualité et d’investissement aux entraînements, c’est ce qui nous fera bien figurer en match. On peut intervenir  dans plusieurs situations : la tactique et le changement d’hommes par exemple. Mais c’est surtout le mental, l’état d’esprit et l’implication qui font qu’on fait des bons résultats. Si le contenu est bon, on a plus de chances de gagner. Même si à Nantes, ça a plutôt été le contraire sur un match. Excepté Francfort, je pense qu’on était plus dans le vrai sur les derniers matchs.»

Florian Escales sera titulaire

Rudi Garcia : «Il faut voir des joueurs et il fait partie de ceux-là. Ça va le récompenser parce qu’il travaille très bien et ça permettra de voir comment il peut se comporter dans un match officiel de Coupe d’Europe.»

Maxime Lopez : «C’est un très bon gardien. Il est très fort sur sa ligne et il a un très bon jeu au pied. En équipes de jeunes, c’était assez impressionnant. Le plus important, c’est qu’il ne se mettre pas trop de pression pour profiter du moment.»

Une semaine de travail complète

Rudi Garcia : «Il y a eu beaucoup de discussions individuelles et collectives, notamment sur l’après-match. On en a profité pour aller au fond des choses et dire ce qu’on attendait aux joueurs. Sur le terrain, ça nous a permis de travailler beaucoup plus que d’habitude. Pas que tactiquement mais sur d’autres aspects particuliers, des détails qui font la différence. On essaie de reprendre ce qui a bien marché et moins bien marché sur les matchs précédents, et on travaille surtout sur les matchs à venir.»

L'Orange Vélodrome attend une faible affluence

Rudi Garcia : «C’est dommage mais ça se comprend. C’est un match sans enjeu donc on peut comprendre qu’il y ait peu de supporters a ustade. On aura besoin de faire le match qu’on attend de nous, déjà par rapport à nous-mêmes, et on aura surtout besoin de notre 12e homme contre Bordeaux, dimanche soir, pour nous aider à l’emporter.»

Conférence de presse