Replay | La conférence de Rudi Garcia avant #FCNOM

mar 04 déc à 16:30
Par 
OM
Vidéo © 
OM.net
L’entraîneur olympien a répondu à toutes les questions posées par les journalistes présents au centre Robert Louis-Dreyfus : le match nul contre Reims, la campagne européenne, le prochain déplacement à Nantes et les objectifs jusqu’à la trêve.
Une semaine et deux déplacements

«Tous les matchs sont difficiles. On l’a vu contre Reims. Ce n’était pas un match facile puisqu’on n’a pas su le gagner malgré une première période de très bonne qualité. On pourrait penser qu’on a un calendrier difficile parce qu’on joue à l’extérieur trois fois sur quatre. On préfère jouer au Vélodrome, les statistiques le montrent pour l’instant. Mais on a gagné deux de nos trois derniers déplacements en championnat donc il faut aussi s’appuyer là-dessus pour être capable d’aller faire un résultat à Nantes. Ça ne sert à rien de regarder ce qu’il y a après. Ce qui compte, c’est mercredi. Retrouver des forces parce qu’on aura deux jours de récupération de moins que cet adversaire.»

Gagner en continuité

«Si on avait gagné contre Reims, on devrait lutter contre l’euphorie parce qu’on serait sur le podium, à un seul point du deuxième. Ce n’est pas parce qu’on n’a pas gagné contre Reims qu’il faut tomber dans le catastrophisme et voir les choses négativement. On est à deux points du podium et à trois points de la deuxième place. Certes, il faut enchaîner des résultats positifs, on aurait aimé faire neuf points sur neuf mais nous n’avons fait que sept sur neuf. C’est vrai qu’on est déçu, surtout de la deuxième période contre Reims. Ce qu’il faut, c’est être plus régulier dans un même match. A Nantes, il va falloir être bon, mais pas seulement sur une partie de la rencontre. Il va falloir faire un gros match. Encore une fois solide, mais aussi jouer avec nos arguments, attaquer et marquer.»

Une solidité défensive retrouvée

«L’histoire de notre saison pour l’instant, c’est qu’on a pris trop de buts. On a eu des problèmes d’erreurs individuelles, des problèmes de charnière, de retours d’internationaux... C’est notre saison. Après, en championnat, on est mieux depuis deux matchs sur le plan défensif, même si j’aurais aimé qu’on ne prenne pas de buts à Amiens. On a l’impression d’être un peu plus solide et ce n’est pas une histoire de système de jeu. C’est une question de ne rien donner à l’adversaire et de jouer notre jeu. On l’a joué tout le match à Amiens et on l’a fait sur une mi-temps contre Reims. Il faut s’appuyer sur ce qui va bien. Il y a beaucoup de points positifs sur les deux derniers matchs de championnat.»

Le point sur l’état physique du groupe

«Ceux qui n’avaient pas pu jouer à Francfort et pour qui ce n’était pas des choix d’entraîneur, c’est Clinton Njie, Lucas Ocampos, Kevin Strootman et Morgan Sanson. Même s’ils étaient dans le groupe dimanche, ils n’étaient pas tout à fait à 100%. On a trois matchs en une semaine donc il faut compter sur tout le monde, c’est très important. On n’aura pas le retour de Nemanja Radonjic a priori. On a un souci avec Hiroki Sakai qui a un problème de genou mais on espère qu’il sera apte. S’il est absent, quelqu’un prendra sa place.»

Nantes a des arguments

«C’est toujours difficile d’aller à Nantes. C’est une équipe qui a de la qualité, c’est une équipe athlétique aussi. On sait que ce sera un match difficile, je l’ai dit après Reims. Mais ça ne change rien au fait qu’on doit être capable d’être performant et de gagner là-bas trois jours après. Il faudra être solide et offensif pour marquer. Tout ça va se faire avec de la confiance et du travail. Ce sont deux ingrédients importants pour mercredi.»

Conférence de presse