Frank McCourt : «Garder le club sur plusieurs générations»

sam 03 nov à 16:00
Par 
OM.net
Vidéo © 
OM.net
Troisième et dernière partie de notre interview avec Frank McCourt. Il évoque son rapport particulier à l’Orange Vélodrome né un soir de France/Allemagne (Euro 2016), Marseille, et le bel accueil que lui ont réservé les Marseillais-e-s, mais aussi à l’avenir du club.
Sa manière de vivre les matchs

J'aime avoir ma famille, mes amis, et d'autres fans autour de moi. Mais quand le match commence, j'avoue que j’aime le regarder ! Je vais souvent voir un match avec quelqu'un qui aime parler à d'autres personnes… Comme ça je peux le regarder tranquille ! Pour moi, en tant que fan, j'adore suivre le match. Bien sûr, j'ai des responsabilités, et je suis plutôt social, je ne peux pas me permettre un nombre de choses. Mais il y a beaucoup de temps pour se parler avant le match, à la mi-temps, ou après ! Pendant les 90 minutes du match, je préfère en profiter.

Sa première dans l’ambiance du Vélodrome

Oui, je voulais venir discrètement à Marseille, pour comprendre un peu la ville et connaître ses habitants. Et ressentir l'ambiance du Vélodrome, ainsi que son potentiel de développement. J'ai en effet assisté au match France - Allemagne. C'était un bon match. Une ambiance extraordinaire ! J'ai adoré ! Beaucoup de gens m'ont dit que si je pensais que l'ambiance était bonne ce jour-là, j'allais halluciner lors d’un match de l'OM ! C'est ce que les gens pensent de ce club.
Imaginez un peu ! Qu'un match de l'OM ait plus d’énergie qu'un match France - Allemagne pour une place en finale de Coupe d'Europe ! Ça a été une révélation pour moi de mesurer la passion des fans de l’OM. J'étais content de l'avoir fait, car ça m’a donné une idée de Marseille, du Vélodrome, de ce qui m’attendait ici, avant que je n'accepte de devenir propriétaire du club. Pour être honnête, j'ai fait beaucoup d’études terrain, dans le cadre de nombreux projets. Mais jamais aussi agréables que cette fois-ci ! L'OM est l'un des atouts de la ville de Marseille.

L’objectif au sein des Marseillais

L'OM a une grande responsabilité vis-à-vis de l' "OM Nation ». Tous les fans, tous les Marseillais qui soutiennent ce club, nous obligent à leur rendre des comptes. À commencer par offrir du sport de haut niveau, un football de premier rang, et des animations qui peuvent inspirer les gens et leur donner un peu de bonheur.
Nous avons la responsabilité d’améliorer la vie des Marseillais d'une manière propre à l'OM. Bien sûr au travers du football. C’est ce qu’on attend de nous. Mais aussi de façon plus large, avec notre Fondation, en allant à la rencontre des gens, en leur proposant des solutions sur l'emploi, la formation, l'éducation. 
Sur la culture aussi, avec les arts et la musique. C’est important. Je crois vraiment que c'est notre responsabilité de rendre aux Marseillais tout ce qu’ils donnent au club, avec leur passion et leur fidélité inébranlable. Jacques-Henri Eyraud nous a dit qu'il avait redécouvert Marseille et qu'il aimait désormais vraiment cette ville.

Son apprentissage du paysage olympien

Les gens sont extraordinaires ! C'est la 1ère chose. Je trouve les gens très terre-à-terre, très directs. Avant de devenir propriétaire du club, j'ai entendu dire : "Marseille, c'est très compliqué, les fans sont tellement passionnés…" Mais pourquoi vouloir être à la tête d’un club où les fans ne sont pas passionnés !? Ça n'a aucun sens !
J'ai grandi dans une ville, à Boston, dans le Massachusetts, où les fans sont aussi très passionnés. La ville de Marseille est compliquée ?… D’accord. Pas de problème ! Je me sens très à l'aise ici à Marseille, car c'est un peu comme l'endroit où j'ai grandi. Les gens ne sont pas forcément aisés, mais ils ont un cœur gros comme ça. Ils aiment la vie ! Malgré les petits pépins du quotidien, ils sont toujours heureux et généreux. À mon avis, tout le monde devrait être un peu plus marseillais ! Les Marseillais ont été très accueillants avec moi et ma famille. J'en suis très reconnaissant. Mon but est de rester ici le plus longtemps possible. 
Je l'espère de tout cœur. Je ne sais pas ce que l'avenir nous réserve, mais je veux partager mon désir : je vais faire tout mon possible pour faire de ce rêve une réalité.Mes enfants adorent le club et espèrent rester ici pour le voir grandir. Pour eux, c’est un contrat émotionnel. Et notre objectif est de pouvoir gérer ce club sur plusieurs générations.

Sa vision de l’OM dans 5 ans

Dans 5 ans ? Je suis peut-être un peu ambitieux, mais j'aimerais que l'OM soit champion de nouveau ! Et j'aimerais que l'OM soit reconnu comme l'un des meilleurs clubs en Europe, et apprécié dans le monde entier. Une grande équipe synonyme de succès, qui marque le monde entier.
Un club avec du cœur.

Interview