Replay | La conférence de Payet et Garcia

jeu 02 mai à 15:15
Par 
OM.net
Photos © 
OM.net
A la veille du déplacement à Strasbourg en ouverture de la 35e journée de Ligue 1 Conforama, Dimitri Payet et Rudi Garcia ont répondu aux questions des médias présents au centre RLD.

 

 

Dimitri Payet : «J’y crois»

«La saison n'est pas terminée. Il reste 12 points, il faut faire ce qu'il faut pour gagner et reprendre des places au classement. On a du mal à gérer nos matchs notamment quand on mène au score. J'essaie de faire mon maximum sur le  terrain. Je suis conscient que je dois faire beaucoup mieux  sur le terrain. Je n'ai pas 90 minutes dans les jambes mais je travaille pour revenir à mon meilleur niveau.
Le discours de Frank McCourt était un discours de patron, de chef. Jouer une coupe d'Europe est important. On n'a plus de joker, on n'a pas droit à l'erreur.
On a manqué de justesse dans la dernière passe ou le dernier geste contre Nantes. Les résultats ne jouent pas en notre faveur. C'est à nous de faire ce que l'on doit faire sans regarder ce que font les autres. J'y crois encore. Il reste 12 points à  prendre et on doit faire ce qu'il faut pour accrocher une place européenne. Je suis revenu à l'OM et j'y suis bien. Je ne me pose pas la question (d’un départ). C'est une saison moyenne de ma part. Il y a eu des hauts et des bas.
Contre l'OM, tout le monde est à 200%. Il faudra du caractère là-bas. Mario Balotelli doit faire attention. On ne peut pas se permettre de finir nos matchs à dix dans cette période.»

 

 

Rudi Garcia : «Tant qu'il y a de l'espoir, il faut tout donner»

«Les joueurs ont compris mon mécontentement. Quand on court derrière les autres, il ne faut pas faire de faux pas. Avant Nantes, on était cinquième. Là on est sixième. Il faut regarder devant. On doit gagner à Strasbourg pour espérer revenir sur le quatrième. Je prends ma part de  responsabilité dans les résultats. On doit tout donner jusqu'au bout. Tant qu'il y a de l'espoir, il faut tout donner. On fera les comptes à la fin. Le classement dit, pour le moment, que nous ne sommes pas assez bons pour aller en coupe d'Europe la saison prochaine. Il reste 4 matchs et depuis la défaite contre Nantes, dans ce contexte compliqué, j'aurai un œil attentif sur le comportement de mes joueurs. Je vais voir qui donne tout et qui ne donne pas tout. Il est normal que Frank McCourt ait parlé au groupe et au staff.
On n'attend aucun cadeau de l'adversaire. Strasbourg est une vraie terre de foot avec une belle ambiance. Il y a également un bon coach au Racing. On a été trop souvent mené car on a pris trop de buts. Mais l'OM n'est pas fait pour uniquement défendre. On a trop de défaites et pas assez de nuls. Du coup, la situation comptable est compliquée. Avant de penser à Lyon, il faut gagner à Strasbourg. Il faut réduire l'écart avec les équipes devant nous. Je dois montrer la voie. Je suis concentré sur Strasbourg.
Mario Balotelli est victime de l'intelligence adverse. Depuis qu'il est à l'OM, on a une version sage et réfléchie de Mario. Il ne joue pas que contre des saints. Il doit se tenir et ne pas répondre aux provocations. Il se tient plutôt bien.»

Retrouvez les conférences en Podcast sur SpotifyDeezerSoundCloudiTunes, ou Stitcher

Conférence de presse