OM - Strasbourg : Retrouver la victoire

19 déc 2018
Par 
OM.net
Photos © 
OM.net
Ce soir, les Olympiens effectuent leur entrée en lice en Coupe de la Ligue. En face, Strasbourg a sorti Lille (2-0) en seizièmes de finale. Si les Alsaciens sont en forme en championnat, Rudi Garcia et l’OM visent la victoire, avant de boucler l’année civile à Angers, dimanche.

Arracher l’essentiel

Restée à quai, dimanche, en raison du match finalement reporté contre Bordeaux, la formation olympienne a quitté la scène sur une défaite contre Limassol en Europa League. L’avenir nous dira si l’élimination en Coupe d’Europe est un mal pour un bien. Le présent, c’est le huitième de finale de Coupe de la Ligue contre Strasbourg. Une compétition qui pourrait permettre à l’OM de remporter un trophée cette saison. Le futur, c’est dimanche, à Angers, pour la 19e journée de Ligue 1 Conforama. L’essentiel consistera à retrouver la victoire et à atteindre les objectifs clairement affichés par Rudi Garcia : boucler l’année civile avec deux succès avant la trêve hivernale.

Lutter face aux vents contraires

Depuis la victoire finale en 2012, les Olympiens n’ont pas réussi à passer le stade des quarts de finale de la Coupe de la Ligue. La troisième compétition nationale se présente au moment où l’OM n’est pas au mieux. Plus qu’un ticket pour le tour suivant, la rencontre face à Strasbourg est l’opportunité d’endiguer une série négative depuis fin novembre et la victoire à Amiens (1-3).
Si la période produit son lot de sceptiques, l’historique penche clairement en la faveur des Marseillais. Toutes compétitions confondues, il faut remonter à l’année 1997 pour retrouver une victoire du Racing au Vélodrome. Vainqueurs de la compétition en 2005, les Alsaciens avancent sur la pointe des pieds dans cette compétition. Depuis cette date, ils ont connu la rétrogradation en CFA et ils n’ont plus atteint les quarts de finale.

Solidité, abnégation, Thomasson

L’OM a hérité d’un adversaire en forme pour son entrée en matière. Calé en milieu de tableau du championnat depuis mi-septembre, le groupe de Thierry Laurey s’appuie sur un collectif solide avec une charnière à trois. L’entraîneur du Racing loue régulièrement les qualités d’abnégation de ses joueurs. Sur une pente positive en décembre, son équipe avait commencé le mois en épinglant le Stade Rennais (4-1), à l’extérieur, avant d’être le premier pensionnaire de L1 à accrocher le PSG (1-1).
Une nouvelle fois décisif dimanche, malgré la défaite à Reims (2-1), Adrien Thomasson est l’atout offensif du moment. Le milieu de terrain est inspiré et ça se matérialise puisqu’il est directement impliqué sur 50 % des réalisations de Strasbourg sur les cinq dernières journées de championnat (2 buts, 2 passes décisives).

Le mot du coach

«La Coupe de la Ligue est le chemin le plus court pour remporter un trophée. C’est chez nous mais on aura un Vélodrome malheureusement bien vide. C’est à nous de faire des résultats et de produire du jeu pour faire revenir du monde.
En championnat, on avait été capable de l’emporter en infériorité numérique, ce qui n’a pas été le cas contre Limassol. La Coupe d’Europe est derrière nous et ça ne nous fera pas de mal, malheureusement. Donc, il faut croquer dans tout ce qui vient, c’est mercredi et samedi. Et pour l’instant, c’est mercredi. Il n’y a pas de raison que les joueurs ne se remettent pas à bien jouer et à gagner. C’est le terrain qui le prouvera.»

Avant-Match