Maxime Lopez assure le service

sam 17 nov à 12:00
Par 
David Guitton
Photos © 
OM.net
L’OM a retrouvé le goût de la victoire contre Dijon (2-0) dimanche. Si la clé est venue sur coups de pied arrêtés, c’est au forceps et dans un 3-5-2 renouvelé que les Olympiens ont réussi à inverser la tendance. Au centre du jeu, Maxime Lopez est revenu au premier plan pour apporter de la maîtrise et de l’air.

Il fallait remonter au 21 octobre et à la victoire contre Nice pour trouver une titularisation de Maxime Lopez. Entre cette 10e journée et le 7 novembre, l’espoir marseillais n’a eu aucune minute de jeu à se mettre sous la dent. Durant ce laps de temps, ses coéquipiers ont concédé trois défaites contre la Lazio, le PSG et Montpellier.

Un 3-5-2 avec Maxime Lopez dans l’épicentre

Empêtré dans une spirale négative, Rudi Garcia a fait des choix forts lors du match retour d’Europa League face à la Lazio. Au-delà des hommes, le technicien a innové en optant pour un 3-4-1-2 avec Luiz Gustavo dans l’axe de la défense et des couloirs animés par les doublettes Hiroki Sakai-Lucas Ocampos contre les Italiens puis Bouna Sarr-Lucas Ocampos face à Dijon. Une nouveauté pour l’Argentin. Cette orientation tactique a été accompagnée par le retour de Maxime Lopez.

Cohérente pendant 90 minutes, la partition du milieu de terrain a rappelé ce qu’il pouvait apporter : de la maîtrise avant tout. Une piqûre bénéfique pour un OM quasiment éliminé au coup d’envoi ? Non, parce qu’il y a eu défaite. Oui, car l’attitude globale a tranché avec les sorties précédentes. Vu les caractéristiques du joueur, Marseille a eu davantage de contrôle que les Laziales, plus de possession (59 % contre 41 % à l’extérieur) et a tiré deux fois plus au but. Seul acteur à avoir dépassé la barre des 100 ballons touchés, Maxime Lopez a livré une fiche de statistiques remarquée. Son taux de passes réussies (91,9 %, le plus élevé parmi les milieux de terrain) combiné à ses 66 transmissions opérées dans le camp adverse confirme l’impression laissée au Stade Olympique : l’OM a donné l’impulsion avec un minot entreprenant et juste.

Le redoublement de passes comme arme

Dans un contexte où la victoire était impérative, le staff lui a renouvelé sa confiance en championnat, contre Dijon. Verdict : il a encore été l’aimant le plus attractif et l’Olympien le plus efficace, derrière Bouna Sarr (94,6%), avec 91,8% de passes réussies. Dans son style caractéristique, Maxime Lopez a été le plus actif dans le camp dijonnais. 69 minutes à donner le La aux côtés de Kevin Strootman, avant que l’entraîneur olympien ne le remplace et que les Marseillais laissent le ballon aux adversaires sur les vingt dernières minutes. Dans le dur, l’OM s’est donné une bouffée d’oxygène en l'emportant avant la trêve.

Avec deux joueurs de couloir formés au poste de milieu offensif, l’utilisation de Maxime Lopez reflète l’option choisie par Rudi Garcia : prendre le taureau par les cornes et rechercher la maîtrise des évènements. Dans cette optique, le joueur formé au club est une garantie indéniable.

Focus