OM - Lazio (1-3) | 5 choses à retenir

jeu 25 oct à 23:35
Par 
David Guitton
Photos © 
OM.net
Défaits à domicile (1-3), les Olympiens ont affronté une belle équipe de la Lazio. L'avenir en Europa League s'assombrit avant le retour programmé le 8 novembre.
L’OM évite un écart plus conséquent à la mi-temps

A domicile, les Olympiens ont entamé le match avec le désir de prendre la possession. Chose faite avec une tenue de balle largement supérieure aux Italiens (62 % contre 38 % à la mi-temps). Positionnée dans son 3-5-2 habituel avec un duo Immobile-Caïcedo complice, le onze Laziale a lancé son match sur coup de pied arrêté (Wallace, 10’). Une aubaine et l’occasion d’accentuer sa posture... Face à une formation Olympienne en mal d’espaces dans le camp adverse, les Romains ont opéré en contres. Si les deux équipes présentent chacune un total de 7 tirs au retour aux vestiaires, c’est bien la Lazio qui aurait pu creuser l’écart, notamment par Caceres qui est un poil trop juste sur un centre de Immobile (18’), et par Caïcedo si Kamara n’avait pas remporté son duel en position de dernier défenseur (21’). Mais surtout par Immobile qui a touché le poteau droit après un joli enroulé du gauche (21’) et qui a vu sa frappe croisée détournée au-dessus par Mandanda sur une ouverture de Wallace (32’).

Gustavo - Strootman - Sanson : une première insuffisante ?

Suspendu lors du dernier match de championnat à Nice, Luiz Gustavo a repris sa place de titulaire dans un milieu à trois avec Kevin Strootman et Morgan Sanson. Le Brésilien et le Hollandais ont touché 93 et 82 ballons, ce sont les Marseillais qui ont été les plus actifs dans la construction du jeu. Positionné en meneur de jeu, Morgan Sanson s’est appliqué à s’intercaler entre les lignes. Sur la photo de fin de match, l’OM a logiquement eu les commandes mais a sans doute manqué de fluidité et d'intensité dans le coeur du jeu.

Marusic éteint la flamme

Quasiment létal. Connu comme un adversaire sûr de sa force, la Lazio a mélangé solidité et bonne utilisation du ballon. Précieux et juste, Marco Parolo a réduit les espaces et assuré des premières passes judicieuses. Sergej Milinkovic-Savic s’est présenté à la France avec un sens aigu du collectif et un toucher de balle soyeux, son râteau sur Jordan Amavi est à l’origine du but du 0-2. Si Dimitri Payet a magistralement trompé Thomas Strakosha sur coup franc (86’), l’OM a fini par baisser les armes sur le bijou de Adam Marusic (90’).

Le public Olympien a rempli sa mission

Les virages fermés en raison du huis clos partiel décidé par l’UEFA, les tribunes Jean Bouin et Ganay étaient complètes. Les groupes de supporters ont chanté avant le coup d’envoi et ont joué leur rôle à fond jusqu’à la fin. Ils ont poussé après le coup franc de Payet mais le coup de poignard Laziale a refroidi Ganay et les groupes de supporters Olympiens qui s'étaient exceptionnellement installés dans le haut de la tribune.

Gustavo, meilleur Olympien du match ?

Auteur de 5 tirs dont 3 cadrés, Luiz Gustavo a été l’Olympien le plus entreprenant ce soir. Souvent le premier à impulser le jeu vers l’avant, il a tenté d’hausser le rythme dans ses transmissions et de créer des surnombres. Il est le Marseillais qui a touché le plus de ballons (93) et qui affiche le meilleur taux de passes réussies (94,6 %). Encourageant pour celui qui a commencé la saison en charnière centrale et qui retrouvait les terrains après sa suspension contre Nice.

Analyse