Nice - OM (0-1) : L’OM dompte l’aigle

dim 21 oct à 23:05
Par 
OM.net
Photos © 
OM.net
Les Olympiens l’emportent ce soir par la plus petite des marges face au rival niçois. Une victoire au courage obtenue contre l’OGC Nice, la quatrième d’affilée contre eux en championnat.
La domination stérile de Nice

Selon le dicton «dominer n’est pas gagné», Nice en a fait les frais. Morgan Sanson est venu stopper la machine niçoise contre le cours du jeu. 42e minute Bouna Sarr combine avec Nemanja Radonjic côté droit, avant de servir parfaitement Morgan Sanson à la réception au point de penalty. Le milieu de terrain a le temps de contrôler et tromper Benitez d’une frappe à ras de terre, imparable. Un but avant la pause qui a eu la capacité d’assommer L’OGC pourtant dans un temps fort depuis de nombreuses minutes.

Steve Mandanda, décisif

«El Fenomeno» est en ce moment dans le rush et ça fait plaisir. Steve Mandanda est le bon curseur pour savoir si l’OM sera en réussite ou non dans une partie. Salvateur durant le premier acte, le portier olympien a permis aux siens de rentrer à la pause avec une avance décisive. Alerté plusieurs fois par Mario Balotelli, notamment dans son face à face à la 24e minute, Steve a répondu présent et de belles manières. Mandanda retrouve de la constance et du plaisir sur le terrain et ça c’est une chose importante.

Un Bouna Sarr virevoltant 

Avec l’absence fortuite de Hiroki Sakai, Bouna Sarr a retrouvé son couloir droit avec réussite. Prestation XXL du Français sur son flanc, tant dans l’impact, la disponibilité et l’envie, Sarr a réussi à mettre à mal le bloc niçois. Auteur de la passe décisive sur le but de Morgan Sanson, il aura touché 71 ballons avec plus de 83% de passes réussies. Solide aussi dans ses 9 duels joués, le latéral olympiens a été un des éléments-clefs de ce derby méditerranéen.

Le 4-3-3 de Garcia

Pour affronter l’OGC Nice le coach olympien Rudi Garcia a dû moduler son schéma de jeu habituel. Du 4-2-3-1, l’OM est passé à un 4-3-3, avec Valère Germain en pointe. Les absences de Hiroki Sakai, Florian Thauvin, Luiz Gustavo et Lucas Ocampos sont la cause de ce changement tactique opéré par le staff.
Un système rarement utilisé en début de match par les Olympiens, qui ont eu du mal à se mettre dans la rencontre. Au final, le coaching de Rudi Garcia est payant, l’OM retourne à Marseille avec la victoire.

Nos supporters présents 

400 supporters olympiens sur à peu près 35.000 personnes présentes ce soir dans les travées de l’Allianz Riviera, et pourtant l’OM fait toujours autant de bruit. En échauffement vocal avant les deux grosses affiches à domicile à venir contre la Lazio et le PSG, les supporteurs se sont fait entendre. Le «Aux armes» entonné en milieu de seconde période aura résonné comme un seul homme.

Analyse