L’OM reçu 5 sur 5

dim 14 oct à 08:00
Par 
Frédéric Rostain
Photos © 
OM.net
L’équipe féminine de l’Olympique de Marseille réalise un début de saison idéal qui ne fait pourtant pas oublier d’où vient cette formation et ce qu’elle a traversé. Avant la sixième journée, nous avons fait un point avec l’entraîneur, Christophe Parra. Un point en cinq thèmes, comme leur nombre de victoires.
Un sans-faute pour débuter

La formation de D2 féminine de l’OM a remporté ses cinq premiers matchs de championnat. Trois succès à l’extérieur, deux à domicile, quatre clean sheet, neuf buts marqués et un seul encaissé. Les motifs de satisfaction sont nombreux.
«On réfléchit et on travaille pour ces résultats. Nous nous sommes remis en question par rapport à la saison passée pour repartir sur une spirale à la hauteur du club et à la hauteur des attentes de chacun. On se doit d’avoir à l’OM ce niveau d’exigence. Nous sommes très satisfaits de ce début de saison. Il souligne également la bonne entente dans le groupe, dans le vestiaire. Il met en avant aussi le travail du groupe depuis le départ. Cela fait du bien psychologiquement pour les filles qui ont connu l’enfer des résultats sportifs de la saison dernière, si j’ose dire. Cela permet d’entrevoir la suite de bonne manière avec certaines convictions dans le jeu. On n’oublie pas le passé donc on met une dose d’humilité.»

Des succès mais pas dans la facilité

Le bon départ de l’OM ne doit pas occulter les difficultés rencontrées la saison passée, qui ont atteint certains éléments du groupe. Dans ces moments compliqués, le travail est souvent le remède pour sortir la tête de l’eau.
«Rien ne se fait dans la facilité. Il y a de nouvelles têtes issues de notre formation ou de l’extérieur. Ce n’est pas évident à coordonner, organiser et fédérer dans le vestiaire. Pour l’instant, les choses se passent bien car le dénominateur commun de ce groupe, c’est le travail. C’est notre langage commun. On se trompe mais on rebondit dans l’erreur. On essaie de bonifier les mauvais choix et tout le monde œuvre dans ce sens, on parle tous la même langue. La victoire aide beaucoup même s’il faut aller la chercher. Gagner facilite notre avancée. Les résultats valident nos choix et nos orientations mais on a tous en tête la saison passée, nous restons vigilants et attentifs par rapport à une remise en question quotidienne.»

La symbiose du groupe

Entre la fin de la saison passée et le début de l’exercice en cours, l’effectif de Christophe Parra a été modifié. Loin du remaniement de 2017-18, le groupe a enregistré des départs et des arrivées. L’amalgame a dû se faire entre les anciennes et les nouvelles.
«La notion de travail fédère le groupe. Les anciennes sont chargées d’une mission reconnue par les plus jeunes. Elles sont attentives à leurs conseils, leurs cris et leurs tirages d’oreille. Elles s’en servent pour progresser. Chacun trouve sa place, tout le monde collabore et les plus jeunes peuvent aider les anciennes lorsqu’elles sont physiquement dans le dur, en fin de match par exemple. Les jeunes prennent le relai pour aider les anciennes. On a également des relais dans le groupe pour faire passer les messages.»

Objectif D1

Avant le début de la saison, l’accession en première division était évoquée mais le mot d’ordre était avant tout de gagner. Désormais, la remontée est clairement identifiée comme un but à atteindre en haut de la montagne tout en sachant que le col sera long et sinueux.
«C’est la huitième saison de la section féminine de l’OM et nous avons déjà fait deux saisons de D2. Nous avons réfléchi sur ce que nous avions fait de bien et sur ce que nous n’avions pas fait de bien. Nous avons synthétisé tout cela. Après la saison passée où nous ne trouvions pas de solutions pour gagner et où nous ne prenions finalement pas de plaisir, l’essentiel était de retrouver le goût de la victoire cette année. Au-delà de l’objectif final de l’accession, il fallait avant tout renouer avec le succès, retrouver le sourire, avoir des émotions et une synergie positive. C’est désormais chose faite, c’est pourquoi on peut plus s’orienter sur la fin de saison et l’objectif de montée. On ne s’en cache pas. Par les résultats, le travail et la vie du groupe, nous sommes plutôt bien.»

OM Campus

Depuis quelques semaines, l’effectif olympien a pris possession du complexe flambant neuf situé sur le stade Paul Le Cesne, l’OM Campus, qui sera inauguré le dimanche 14 octobre. Des infrastructures dignes de l’équipe olympienne et des ambitions du club.
«On se sent chez nous, bien dans nos murs. L’année passée, c’était un peu compliqué. C’est un élément qui facilite notre avancée. Nous sommes très heureux d’être dans un centre d’entraînement capable d’accueillir dans de bonnes conditions des sportifs de haut niveau. C’est un bel outil de travail. Il nécessite des améliorations mais nous sommes, sur ce point aussi, dans une bonne dynamique.»

Interview