OM - Rennes (2-2) : 5 choses à retenir

dim 26 aoû à 23:05
Par 
Antony Santiago
Photos © 
OM.net
L’OM et Rennes se quittent sur un match nul dans ce dernier match de la 3e journée de Ligue 1 Conforama. Les Olympiens menés 2 à 0 à la pause ont su inverser la tendance.
Les changements tactiques à la pause 

Rudi Garcia décide à la pause de revoir son schéma de jeu. Coaching gagnant. Lopez remplace Kamara pour désormais proposer à l’équipe de Sabri Lamouchi un 4-4-2 avec Ocampos et Germain en pointe de l’attaque. Dans la foulée, Gustavo smash un centre côté droit et voit le ballon s’écraser sur le montant de Koubek mais la réussite est enfin du côté de l’OM. Ocampos bien positionné sur le second ballon catapulte la chique dans la cage adverse. Le stade explose, l’OM commence à y croire.
L’entraineur olympien module encore son plan. Place à un 4-2-3-1 après cette réduction du score. Kostas Mitroglou entre en pointe à la place de Valère Germain et les Olympiens trouvent un second souffle. La réaction du coach dans un moment critique a été une des clefs de la remontée au score de son équipe. 

Rennes et son bloc 

La difficulté pour les Olympiens en première période a été de prendre en vitesse cette équipe de Rennes très compacte. Sabri Lamouchi avait son plan en tête avant la rencontre. Garder ses lignes très proches les unes des autres et jouer en contre-attaque quelques coups. Coaching payant pour l’ancien olympien, puisque sur un contre Siliki se fait faucher malheureusement par Rami dans la surface et obtient un penalty. Bourigeaud le valide et permet à Rennes de mener juste avant la pause (38e). Les Rennais ne changent pas de physionomie après l’ouverture du score, au contraire.
Pelé malheureux sur un centre côté gauche relâche la balle dans les pieds de Sarr qui n’a plus qu’à faire le break à bout portant. Le Stade Rennais bien en bloc, entre au vestiaire à la pause devant à la marque, avec de la réussite et un plan bien rodé.

Le facteur X 

Plusieurs facteurs font qu’une équipe peut retourner ou non le chemin d’une rencontre. Ici à Marseille le public fait partie intégrante du succès du club. Après la réduction du score de notre Argentin Lucas Ocampos les supporters n’ont cessé de pousser dans un vacarme habituel. L’ambiance électrique a même poussée Bensebaini sous pression, à commettre l’erreur d’inscrire un but contre son camp (72e). Dommage pour les fans de l’OM, les joueurs n’ont pu accrocher une deuxième victoire en trois matchs, mais ce point du match nul est toujours ça de pris.

Le Stade Rennais, la bête noire 

L’OM n’a remporté que 3 de ses 9 dernières réceptions en Ligue 1 contre Rennes. 3 victoires, 2 nuls pour 4 défaites, voilà le bilan des Olympiens face aux Bretons. Un match compliqué en première période, mais mieux géré en seconde par les hommes de Rudi Garcia. Place maintenant à Monaco pour la suite de l’aventure, dimanche prochain au Stade Louis-II.

L’hommage du stade pour Imad et Lahcen 

Dix ans après, le tragique évènement du 23 août 2008, l’ensemble de l’Olympique de Marseille a eu une grosse pensée pour Imad, Lahcen, et leurs proches. Le samedi 23 août 2008, l’un des cars du groupe «Marseille Trop Puissant», qui doit rejoindre Le Havre pour suivre le match de l’OM, est victime d’un accident de la route à hauteur de Saint-Germain-sur-Ecole. Quinze supporters sont blessés et deux perdent la vie. Sur la route de leur passion, Imad et Lahcen sont partis trop tôt. Une minute d’applaudissements a été respecté en ouverture du match OM-Rennes. Le fils de Lahcen, Yassin, a d’ailleurs donné le coup-d’envoi fictif de la rencontre et s’est même offert un but dans un stade en folie. 

Analyse