Les Olympiennes en quête de sensations…

23 aoû 2014
Par 
Thierry Muratelle
Photos © 
Meryll Vian / OM.net 2014
Deuxième match de préparation pour l’équipe de D2 féminine de l’OM, ce samedi 23 août contre Toulon, à 18 heures au stade Vallier, le premier à Marseille. Les Olympiennes dont les charges de travail sont conséquentes avancent pas à pas…

Surtout ne pas rester sur le constat glacial et brut d’une première représentation inaboutie. 5-0 : c’est froid, c’est surtout sans profondeur, si on se limite à une lecture simpliste. S’il est sage d’en tirer une première synthèse, il convient de ne pas être alarmiste.
Quand on connaît la vie de ce groupe, on apprend à apprécier chaque étape à sa juste valeur. En quittant Valence, samedi dernier, nul ne s’est véritablement attardé sur le tableau d’affichage. Il reflétait sans doute aucun la réalité de ce troisième samedi aoûtien, les manques du moment, la supériorité d’une équipe stéphanoise plus affûtée, plus mobile, tonique, plus disciplinée aussi.
Il ne portait pas la réelle valeur des Olympiennes. Elles se sont présentées avec leurs moyens du moment : des charges physiques non digérées, une limite technique en partie liée à leur incapacité à répéter les efforts et à trouver la lucidité nécessaire pour poser un football cohérent, un rodage tactique naturel lié à l’intégration de six des sept nouvelles joueuses, un manque de réflexion pour s’adapter à la situation du moment.
Leur football a été présent une vingtaine de minutes avant de plonger dans l’absence. Une longue absence pour accompagner une pâle fin d’après-midi drômoise.
Ce début de soirée a été utile, instructif. Il doit surtout être constructif.
Cette semaine, le travail a repris son cours. Des tests de vitesse maximale aérobie, du travail de pente pour gagner en force, des gammes tactiques en milieu de semaine : les Olympiennes encaissent des charges de travail jamais endurées depuis la naissance de leur histoire, il y a trois ans. Mercredi soir, étalées sur le sol après une séance d’une rare intensité, avant de satisfaire à la cryothérapie, elles se sont relevées avec le sourire : éprouvées, mais heureuses d’avancer. Hier soir, elles ont encore avalé les pentes nichées sur les hauteurs du centre Robert Louis-Dreyfus.
Elles bossent, dans la discrétion, pour être plus présentables le jour de l’ouverture.
Le jour de l’ouverture et les mois suivants.
Elles ne le seront pas encore ce samedi à l’heure de retrouver Toulon pour leur deuxième représentation, la première à Marseille. Il y aura du mieux. Elles l’espèrent. Le staff l’attend. On le guette. Pour valider leur implication de la semaine et trouver un premier réconfort. Christophe Parra, lui, procédera encore à une large revue d’effectif.
Le retour de Léa Rubio, leader technique et intellectuel de l’équipe, rassurera et portera un collectif en quête de nouvelles sensations. Il pose encore les fondations de sa nouvelle aventure…

Les 20 Olympiennes pour OM-Toulon
Le calendrier de l’équipe de D2 féminine de l’OM